„préserver l’Etat d’une foule de sujets impropres“ – der postalische Staatsstreich des Hans von Bülow

GStA PK, Berlin, V. HA. B 26 Nr. 1 Observations du conseiller d’Etat, Directeur général de l’administration générale des Postes sur le rapport du Ministre des Finances

„Sire!

Votre Majesté, par Ses deux décrets des 11 février et 31 octobre 1808, avait fixé la législation des Postes de son royaume.

Un régime unique remplaçait les différents systèmes qui existaient précédemment dans les Etats composant aujourd’hui la Westphalie.

A quelques difficultés près, dont la cause se trouve principalement dans le froissement des habitudes, la Direction générale marchait à grands pas vers son but, pour présenter à Votre Majesté des résultats aussi satisfaisants qu’il est permis de les attendre de l’établissement et des progrès d’une institution nouvelle, cet édifice se consolidait de jour en jour, lorsque Mr. le Ministre des Finances a présenté à Votre Majesté un rapport tendant à motiver le projet de décret qu’Elle a daigné renvoyer à la Section des Finances, décret dont l’adoption renverserait l’administration actuelle pour substituer à un système éprouvé ceux que Votre Majesté, après une mûre discussion dans son Conseil d’Etat, a réformés.

L’intérêt de Votre Majesté, et le sentiment dont je m’honore, Sire, me pressent également de justifier la confiance dont Elle a daigné me revêtir, en me plaçant à la tête de cette administration. Tels sont les motifs qui m’ont dicté les observations que Votre Majesté a bien voulu m’autoriser à mettre sous Ses yeux, et à l’examen de son Conseil d’Etat.

J’ose me flatter que j’aurai démontré à Votre Majesté

1)      que si quelques-uns des abus ou des vices de gestion contre lesquels on a réclamé ont existé, ils ont été réformés aussitôt connus;

2)      que les abus ou les vices dont on s’est plaint, étaient une conséquence de l’ancien système, suivi jusqu’au premier janvier 1809, époque de l’introduction du nouveau régime.

3)      qu’aucune des plaintes énoncées dans le rapport de Son Excellence n’a plus aujourd’hui de fondement réel;

4)      enfin, que le système actuel  renferme en soi le germe de toutes les améliorations et de toute la perfection auxquelles il est permis d’aspirer; qu’il a depuis longtemps été éprouvé en France et ailleurs; qu’il a va être incessamment adopté et imité par tous les Etats de la Confédération [kursiv im Text], qu’il y aurait les plus grands dangers à le remplacer par un autre système, de la bonté duquel on peut au moins douter“.

 

Vorschläge des Finanzministers von Bülow

Pour parvenir à cette réforme, il faudra, à mon avis prendre les mesures suivantes:

1) Supprimer les places de secrétaire-général, d’inspecteur et sous-inspecteur, de même que des contrôleurs tels qu’ils existent à présent;

2)      de créer, en leur remplacement, 3 inspecteur généraux, chargés des différentes parties du service, et formant avec le Directeur général, le conseil de l’Administration générale;

3)      d’établir des inspecteurs de relais en sous-ordre, chargés de surveiller le service ordinaire et machinal des postes;

4)      de former des arrondissements et des bureaux principaux, ou chefs-bureaux, ayant seuls une correspondance et une comptabilité directe avec la Direction générale;

5)      de confier le décompte avec les offices étrangers aux bureaux frontières, seuls capables de se charger de cette comptabilité, et d’en rendre compte à la Direction générale;

6)      de prescrire une marche régulière pour les négociations et la conclusion des traités avec les offices étrangers, de même que pour les contrats à conclure pour le service des postes;

7)      de régler un mode de promotion pour les employés des postes, afin de préserver l’Etat d’une foule de sujets impropres;

8)      de faire rédiger un nouveau règlement pour le service des postes, et une nouvelle taxe analogue aux localités et à la position du Royaume, et d’annuler les lois et instructions incomplettes (sic) et contradictoires, énoncées jusqu’ici de la Direction générale“.

Commentaire du projet du ministre par le Directeur général des Postes Pothau

„Ainsi tout le projet proposé se réduit à 3 points

A renvoyer les six fonctionnaires principaux actuels, et à les remplacer par sept personnes toutes nouvelles, dont quatre seront beaucoup plus chèrement payés;

A renvoyer vingt-sept contrôleurs actuels, et à les faire remplacer par vingt-sept commis qu’il faudra remplacer à leur tour, et qui d’ailleurs, se trouvant entièrement  subordonnés aux directeurs, ne les contrôleront pas, et laisseront commettre tous les abus détruits, si même ils ne les favorisent;

A créer un collège, une chambre de postes, délibérant sous la présidence du Directeur-général; tandis qu’il est reconnu qu’en administration l’action doit être une et jamais délibérante, tandis que partout la délibération est aujourd’hui exclue de l’administration. Il est évident, par les termes mêmes du projet proposé, qu’il ne renferme ni moyens d’économie, ni de calculs administratifs, mais le dessein bien prononcé de renvoyer des individus dont la plupart ont bien remplis leurs devoirs, et par conséquent, bien mérité de Sa Majesté. Il est encore évident que ce collège, cette chambre délibérante une fois établie, ce sera un premier pas de fait et dont on pourra partir. Les préfets, les sous-préfets et tous les administrateurs actuels deviendront des présidents, et leur responsabilité étant par-là atténuée, tous les ressorts de l’administration se relâcheront. Si ce premier projet était adopté, on pourrait dire qu’on rétablit en Westphalie, ce qui se détruit partout.

Ces chefs-bureaux ou chambres intermédiaires sont une conséquence du vieux système que Son Excellence propose de recréer. Mais son rétablissement ressemblerait absolument à l’action d’abattre un jeune arbre plein de sève et déjà chargé de fruits, pour planter à sa place un vieil arbre pourri, sous le prétexte qu’il a rapporté anciennement quelque chose, et que les anciens doivent être préférés aux modernes. Ces chefs-bureaux détruits, ces juges de première instance étaient source des abus les plus monstrueux dans le système précédent. Il y avait des directeurs qui se faisaient 24000 Francs par an, de simples employés 4000, et la réforme de tous ces abus est ce qui a occasionné des ennemis au système actuel.

Ce mode n’a jamais eu d’autres résultats que d’enrichir les directeurs des bureaux frontières, d’après les facilités, qu’ils avaient de refaire les cartes, de s’en passer d’autres de la main à la main, et par là de faire supporter à leurs administrations respectives le payement de tout ce dont ils jugeaient à propos de les charger. Ce manège serait actuellement infructueux pour ceux qui s’en rendraient coupables, puisque les offices généraux ont seuls le maniement des fonds pour cet objet.

Les dispositions des articles 4 et 7 du décret du 11 février ont prescrit cette marche régulière, et la Direction générale s’y est toujours conformée.

La Direction générale n’aurait aucune objection à faire, si cette proposition était isolée. Mais telle qu’elle est placée dans ce projet, elle paraît avoir été dirigée uniquement contre les agents qui servent actuellement depuis dix-huit mois.

Le directeur général fera observer encore qu’ayant eu besoin de l’autorisation du ministre pour placer quelques sujets reconnus dangereux et fortement prévenus d’infidélités et de mauvaises manœuvres, cette autorisation a été constamment refusée. Cependant, il ne s’est agi que de mutations et non de destitutions. Il a été démontré à la page 12 que les taxes actuelles sans être exagérées, sont en rapport avec les besoins de l’Etat et les propres dépenses du service.

Le directeur général des postes

Pothau“.

undatiert

Zur Quelle

Die Entwicklung der Postverwaltungen zu Beginn des 19. Jahrhunderts schien der allgemeinen Tendenz zur Rationalisierung zuwiderzulaufen. Während der Reichsdeputationshauptschluss die Kleinstaaterei abschwächte, brach die Reichspost der Turn und Taxis immer mehr auseinander. Preußen und Braunschweig hatten bereits ihre eigenen Postverwaltungen geschaffen. Auch das Königreich Westfalen und das Großherzogtum Berg schufen eigene Postdienste. In Westfalen hatte König Jérôme mit den Dekreten vom 11. Februar und 31. Oktober 1808 die Organisation der Post festgelegt. Die Generaldirektion der Posten unterstand dem Finanzministerium, das in der Organisationsphase vom ehemaligen Präfekten des Departements Seine Inférieure, Jacques-Claude Beugnot, geleitet wurde. Zum Generaldirektor wurde Alexis Jean-François Pothau ernannt, der von der Insel Martinique stammte. Nach dem Abgang Beugnots übernahm der ehemalige Präsident der Magdeburger Kriegs- und Domänenkammer von Bülow das Finanzressort. In einem gedruckten Memorandum versuchte der neue Minister, den der französische Gesandte in Kassel in einem seiner Berichte als Kopf der „deutschen“ Partei bei Hofe bezeichnete, die von Pothau geschaffene Postverwaltung umzugestalten. Dazu hatte er vorher die Präfekten aufgefordert, über die Missstände beim Postwesen zu berichten. In seinem eigenen Memorandum nimmt der Generaldirektor Punkt für Punkt zu den Anschuldigungen Stellung.

Interessant ist diese Gegendarstellung, die offenbar im Sommer 1809 geschrieben wurde, aus mehreren Gründen. Einerseits wird hier der Machtkampf deutlich, der sich hinter den Kulissen in den westfälischen Ministerien und Verwaltungen abspielte. Ohne dass der Minister auf die Besetzung der Posdirektion und anderen wichtigen Büros mit Franzosen explizit hinweist, zielte diese gewünschte Reorganisation auf die Entfernung der Pothau treuen Gefolgsleute ab, die von dessen Generalsekretär Jean-Pierre Alliey in strategisch wichtige Positionen gesetzt worden waren. Wenn es auch bekannt war, dass Franzosen in höheren Positionen überrepräsentiert waren, so war in kaum einer anderen (abgesehen vom Kriegsministerium) ihr Anteil so bedeutend wie in der Generaldirektion der Post: 14 der 21 Mitglieder kamen aus Frankreich (Zur Verteilung der im Dienste Jérômes stehenden Franzosen, abgesehen von L’administration du royaume de Westphalie de 1807 à 1813, S. 90, siehe auch: The Napoleonic Administrative System in the Kingdom of Westphalia, in: Michael Broers, Peter Hicks and Agustin Guimera (Hg.), The Napoleonic Empire and the New European Political Culture collection War, Culture and Society, 1750–1850, S. 173–185, London, Palgrave Macmillan, 2012, S. 176. Auch die Analyse der knapp 800 Einstellungen bei der Postverwaltung, weist daraufhin, dass Franzosen durchschnittlich in höheren Positionen vertreten waren und offenbar schneller aufstiegen. Vor allem die Grenzbüros wurden mit Franzosen besetzt.

Andererseits ist diese Darstellung von Interesse, weil hier offen die Spannungen um die Einführung der französischen Verwaltungsprinzipien zu Tage treten. Der Generaldirektor stellt das Vorhaben des Finanzministers als den Versuch einer schleichenden Restauration des Kollegialprinzips dar, die nach der Post auch das Präfektursystem und die anderen Verwaltungen erfassen würde.

Nachdem es dem Minister gelungen war, den Generaldirektor in einer Staatsratssitzung vor dem König lächerlich zu machen, wurde am 30. September 1810 ein Dekret zur Neuorganisation der Post erlassen, das aber Bülows Wünschen nicht vollständig entsprach. Diese Veränderung überlebte aber den Sturz Bülows nicht lange, denn ein Dekret vom 19. Mai 1811 stellte die alte Verwaltung wieder her und leitete eine noch stärkere Besetzung strategischer Posten mit Franzosen ein. Sie zeigt welche Bedeutung der Kontrolle des Informationsflusses gerade mit und aus dem Ausland beigemessen wurde. Die der Argumentation beigefügten Tabellen mit den verschiedenen Posttarifen weisen aber auch daraufhin, dass die von der älteren Geschichtsschreibung an der westfälischen Post geäußerten Vorwürfe kritischer hinterfragt werden sollten.

 

Weiterführend

W. Loof, Die Post im ehemaligen Königreich Westfalen, in: Mitteilungen zur Postgeschichte Sachsen-Anhalts 4 (2001).

Zur Briefkultur und Zusammenarbeit von Polizei und Postverwaltung bei der inneren Überwachung

Claudie Paye, Postwesen und Briefkultur im Königreich Westphalen

http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/79/32/24/PDF/Paye_Postwesen_Briefkultur.pdf

Zur Postverwaltung und zum „postalischen Staatsstreich” Bülows

Nicola Todorov, La poste du royaume de Westphalie

http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/79/96/42/PDF/Todorov_l_administration_de_la_poste_du_royaume_de_Westphalie.pdf

 

Zitiert

Nicola Todorov, L’administration du royaume de Westphalie de 1807 à 1813. Le département de l’Elbe, Saarbrücken 2011.

Ders., Vaincre la résistance administrative. Le combat pour l’application de la législation française dans un Etat-satellite: le cas du royaume de Westphalie, in: Conflits d’Empire. Les Cahiers du GERHICO 9 (2006), S. 31–60. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/01/06/33/61/PDF/Vaincre_la_rA_sistance_administrative.pdf

 

Abbildung: C. G. H. Geißler, Journaliere zwischen Leipzig und Halle, Zeichnung, um 1810, Stadtgeschichtliches Museum Leipzig, Gei VI/48 c, CC BY-NC-ND 2.0 DE.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.