Die Vernehmung Theodor von Hallberg-Broichs im Mainzer Gefängnis – „Copie interrogatoire du Baron de Hallberg prevenu de propos seditieux et de menaces contre sa majesté l’empereur“

Archives nationales, Sous-série F7 Police No 6455, Dossier No 9645, affaire du baron de Halberg [sic!], militaire au service de la Bavière (an XIII), fol. 95avers–107revers.

„Copie interrogatoire du Baron de Hallberg prevenu de propos seditieux et de menaces contre sa majesté l’empereur

Ce Jour d’hui quinze vendémiaire an treize de la République Française a sept heures du soir a été conduit par dévant Nous sous-signé Charles Antoine Schaab Magistrat de Sûreté de l’arrondissement de Mayence par deux Gensdarmes un individu arreté par les Douaniers au Tête de Pont vis-à-vis de Mannheim, le dit individu arrêté a declaré se nommer Baron Theodor de Hallberg, et portant toutes les marques et signalement indiqué dans la Lettre du Magistrat de Cologne en Date du prémier vendémiaire an treize ainsi que dans le signalement y joint; Nous avons ensuite confronté la Personne du Baron de Hallberg avec le signalement susdit, et avons réconnus que le dit Baron der Hallberg est

agé de trente sept ans,
d’une taille des cinq pieds, cinq à six pouces.
Chéveux et sourcils très blonds tirant sur le roux.
Les chéveux coupés à la Titus et non poudres.
Les moustâches rousses.
Les yeux grand et gris.
Le front haut.
Le Nez long et pointû.
Une balafre sur la partie supèrieure du Nez.
La Bouche moyenne.
Le menton pointu.
Le visage long et maigre.
Les joues creuses.
Le teint pâle.

Portant un surtout de Callmouck brun usé avec des boutons de métal blanc sans manchettes.
Un grand châpeau à trois cornes avec un bouton et une ganse en or, un plumet blanc autour du Chapeau et une grande Cocarde noire des bottes à la houssarde, et parlant d’après son propre aveu le Latin et le Français. Interpellé le dit Baron de Hallberg de déclarer, s’il portait aussi au Cou un ruban bleu, auquel est suspendue une grande Croix d’or; il a répondu, qu’il portait au Cou un ruban bleu moiré, auquel est suspendue une grande Croix d’or émaillé en bleu, sur laquelle est peinte la figure de Saint Michel, et que sur son habit bleu d’uniforme il portait une étoile brodée.

Portez-vous aussi un grand sabre à la houssarde dont le baudrier est de Marroquin brodé?
– Oui! Mais seulement quand j’étais vétu de mon uniforme.

N’avez-vous pas une bague quarré oblongue d’une pierre bleue entouré des brilliants?
– Non! Je n’ai jamais eû une bâgue de cette façon.

Nous avons ensuite décachêtés le paquet qui Nous a été réunis par les deux Gendarmes, qui ont conduit par dévant Nous l’individu arrêté, et en présence d’celui, Nous y avons trouvés
1) un grand couteau dans un fourreau de cire.
2) Un ruban bleu moiré, auquel est suspendue une grande croix d’or émaillé en bleu, sur la quelle est peinte la figure de Saint Michel.
3) Une bague en cor noir avec une feuille en or an dessus.
4) Un canif y ténant un briquet.
5) Un passeport délivré au dit Baron de Hallberg par L’Ambassadeur d’Autriche à Münich le dix-sept May mille huit cent trois.
6) Trois Lettres dont l’une est adressée à Monsieur le Baron de Hallberg Capitaine au Service de Son Altesse Sérénissime Électorale Bavaro Palatine, Seigneur de et à Menden près Siegbourg près Bonn et signée Klein, datée à Horst le deux Septembre mille huit cent quatre. L’autre porte l’adresse à Monsieur Klein à Horst, signé Constantin Comte Hallberg et datée de Fusgenheim le quatre Octobre mille, huit cent quatre, et La troisième est sans Addresse, datée de Mannheim le deux Aôut mille huit cent quatre, signée par Constantin Comte de Hallberg. Lesquels effêts et trois Lettres ont été feuilleés et ne varieter contre signées par le dit Baron de Hallberg.

De tout quoi il a été dressé le présent procés-verbal, lequel après en avoir fait Lecture a été signé par le Baron de Hallberg, et Nous Magistrat de Sûreté. Signés Hallberg, Schaab avec paraphes.

Ce jour d’hui le dix-sept vendémiaire an treize avons fait comparaitre par-dévant Nous sous-signé Magistrat de Sureté pour L’arrondissement de Mayence le nommé Hallberg et avons procédés à son Interrogatoire, ainsi qu’il suit.

Quel sont vos noms, prénoms, âge, lieu de Naissance, Profession et Domicile actuel?
– Je m’appelle Theodor Baron de Hallberg, âgé de trente sept ans, natif de Broich, Départément de la Röer, Arrondissement de Cologne, Canton de Juliers, Mairie Hambach, Capitaine Titulaire au Service de L’Electeur de Bavière, domicilié actuellement à Menden rive droite du Rhin situé dans le Duché de Berg.

N’etiez vous jamais en voyage sous un autre nom?
– Non! Jamais.

Ne vous êtez-vous point donné depuis peu en voyage pour ce pais le nom d’un Comte Ferdinand Palbus ou Pulbas?
– Non! Je ne me suis jamais donné un autre nom que célui du Baron de Hallberg.

Etes-vous marié?
– Non! Je ne suis point et ne fûs jamais marié.

Avés-vous encore des parens, frères ou sœurs?
– J’ai encore une Mère dans mon lieu de Naissance à Broich, et trois frères dans le même Lieu, dont l’ainé est Maire ainsi que trois sœurs, dont deux sont Chanoinesses en Westphalie et la troisieme est près ma Mère.

Ne démeurez-vous pas à Mannheim, ou n’y avez-vous jamais démeuré?
– Non! Je n’y ai jamais démeuré et n’y fus non plus dépuis trois ans, excepté pendant mon dernier voyage.

Au service de Bavière n’étiez-vous jamais en Activité, ou n’en tirez-vous point de salaire?
– Dans l’année mille sept cent quatre-vingt cinq on m’a reçu Sous-Lieutenant, dans laquelle charge j’ai servi jusqu’en l’année mille sept cent quatre vingt dix, ou je me rétirais avec le titre d’un Capitaine, et dépuis je vivais toujours de mes propres rentes.

N’êtiez-vous jamais dans des âutres services militaires?
– Non! Jamais.

Vous portez pourtant un uniforme, par quel droit l’avez-vous?
– Je le porte comme Chévalier de l’ordre de Saint Michel, le quel ordre j’ai récu du Duc de Birkenfeld le huit Mai mille huit cent trois à Münich, et que j’ai même le droit de porter mon uniforme comme officier à la suite.

La Moustâche, que vous portez, est-elle sélon l’ordonnance de votre Service?
– Non! Mais mon frère qui est Maire et moi nous nous portons toujours avec une Moustâche.

À quelle occassion avez-vous récu la Balafre sur le Nez?
– En Duel à Mannheim, il y a trois ans avec un Officier Palatin.

Déclarez nous vos moyens de subsistance!
– Je vis de mes rentes à Menden Rauschendorf, et Meinendorf dont les révénus se montent annuellement à deux mille florins.

Vous ou votre famille n’avez-vous rien perdu dans cette révolutions de vos révénues sur la rive gauche?
– Non! Rien de conséquence.

Depuis quand avez-vous votre Domicile à Menden et pourquoi y êtes-vous allé tandis que toute votre famille démeure à Broich?
–Dépuis trois ans à peu près j’y ai transporté ma démeure connue ainé de ma famille, pour prendre comme tel possession seul de tous ces biens, avant ce tems je fus Maire de Broich, laquelle place j’ai quitté pour alle démeure sur mes biens.

Ou étiez-vous resté dépuis le prêmier Thermidor an douze ou dix-sept juillet vieux stile en démeure?
– Je fus toujours à Menden et n’en suis jamais parti.

Ressouvenez-vous encore du jour de votre départ pour le voyage dans ces environs-ci?
Après quelques réflexions il a repondu, que c’etait le troisième jour complémentair de L’an douze ou le dix-sept septembre ce qu’il ne pouvait se resouvénir au juste.

Dans quelle vue avez-vous fait ce voyage?
– Monsieur Theodor Mühlens Banquier de Francfort m’ayant écrit, que je dévais vénir le voir à Francfort pour parler avec lui sur l’Education de son fils je lui ai répondu, que je n’avais point d’argent, alors Monsieur Mühlens m’aiont envoyé cinquante courronnes pour venir le voir et les ayant réçu, je suis parti de chez moi pour Francfort, ou j’ai resté une huitaine, étant à Francfort, et ayant encore des procés de famille à arranger avec le Comte de Hallberg propriétaire de Fusgenheim sur la rive gauche, je m’y suis rendu à Mannheim ou je restais deux jours et suis parti le troisieme à huit heures du matin pour Fusgenheim ou j’ai resté une heure et rétournant à Mannheim, je fus arrêté.

Lecture faite du présent Interrogatoire, l’interrogé a déclaré, qu’il persiste dans ses réponses, qu’elles conténaient vérité, et a signé avec Nous. Signés Hallberg, Schaab avec Paraphe.

Ce jour d’hui le même dix-sept vendémiaire à trois heures de rélévée Nous Magistrat de Surété pour L’arrondissement de Mayence avons fait comparaitre le nommé Hallberg, et en continuais l’interrogatoire subi par lui ce matin, avons continués et interrogés ainsi qu’il suit:

Faites-Nous un récit prècis de votre dernier voyage de jour en jour jusqu’au moment de votre arrestation?
– Vers le dix-neuf Septembre à peu près je suis parti vers le matin de ma maison à Menden sur la rive droite du Rhin pour Bonn À une Lieue et démie de la et j’ai diné dans l’auberge à l’Enseigne d’un Auge, ou se trouve le Bureau des Diligences: après le diner je montais le Rhin par eau avec la Diligence, dans l’intention de voyager à Francfort; pres le soir cette Diligence prit terre à la Station nommée Wert, Oberwerth ou Oberwinter, duquel nom je ne me rappelle plus. L’autre jour à trois ou quatre heures du mâtin je partis avec la même diligence pour Neuwied, ou je m’arrétais ce jour, et logeais à la cour de Brunswick. Le Lendemain je partis avec une autre Diligence pour Thal-Ehrenbreitstein, ou je dinais à la Poste et partis de suite avec Extra Poste sur Ems pour Schwalbach, ou je couchais la nuit dans l’Auberge à la Chaine d’or, d’ou je partis l’autre matin sur Wissbaden pour Cassel, et après avoir changé mes habits, je passais le pont du Rhin et entrais dans Mayence pour y trouver mon ami l’Excomte de Schaesberg, ayant appris à Bonn, qu’il se trouvait actuellement À Mayence. Après lui avoir fait ma visite, je dinais et répartis à l’Instant pour Cassel de la tout droit en voiture à Francfort, ou je me trouvais ce soir dans la cour d’angleterre et y couchais de même. Le lendémain le Banquier Theodor Mühlens fit chercher mes équipages de L’auberge, et je logeais pourlors chez lui une huitaine de jours sans quitter Francfort, excepté un Midi, que je fis une proménade avec ce Banquier et sa femme à Oberrath, et y ai diné chez son frère, d’ou après ce diner Nous sommes rétournés à Francfort. De la enfin je suis parti par Darmstadt, ou je dinais, vers le soir par Heppenheim à Mannheim, ou j’Arrivais l’autre jour à six heures de Lévée dans l’hôtel de la cour Palatine. Je restais sans cesse dans Mannheim pendant deux jours, et le vendredi cinq Octobre ou le treize vendémiaire dernier je passais le Rhin le matin vers huit heures, et suis allé à Fusgenheim chez l’ex-comte de Hallberg mon cousin, à l’effet d’obténir de lui une Autorisation à son Baillif pour le payément et Délivrance des Obligations provénantes d’un procés arrangé à l’Amiable. Après l’avoir réçu, comme il est mentionné par la Lettre je voulus rétourner de suite à Mannheim, ou je fus arrêté à une heure de rélévée à la tête du Pont par les Douainiers et transporté à Mayence.

En quelle Societé étiez-vous À Oberwerth ou À Oberwinter?
– Autant que je me resouviens, deux femmes de Militaires et un Préposé des Douanes se trouvaient dans la même diligence ou j’étais, mais lors de l’arrivée d’une autre Diligence vinrent encore trois ou quatre hommes étrangers, qui ont soupés avec moi à la même tâble et qui parlaient le Latin et le Français. L’un de ces étrangers a dormi avec mois dans la même chambre et m’a dit qu’il était de Cologne.

Quels discours téniez-vous avec ces étrangers dans l’Auberge?
– Je ne m’en resouviens plus du tout.

Il parait, que vous ne dites pas la vérité, tandis que ce n’est pas si long-tems, et que vous pourriez bien encore vous resouvénir des discours et propos que vous avez ténu dans cet Auberge, ainsi que les autres?
– Je persiste, que je dis la vérité, et que je ne m’en resouviens plus des discours et propos y ténus.

N’êtez-vous pas obligé d’avouer, que vous avez ténu dans cet auberge les discours et les propos les plus infâmes et les plus audacieux sur Leurs Majestes Impériales?
– Je ne sais rien du tout et il est absoluement impossible, qu’il me sérait vénu en idée de tenir tels discours ou propos, tandis que j’honore au contraire l’Empéreur comme un des plus grands hommes, qui ont jamais existés au Monde.

Ne vous fiez-pas trop à nier, tandis qu’ils étaient plusieurs personnes présentes, qui séront confrontées avec vous, et vous derout tout en face?
– Ma conscience est libre, si des personnes se sont donnés les môts pour me perdre, je ne peut que souffrir, mais je suis sûr qu’ils n’auront aucun témoin honnêt hors de leur societé, qui pourrait me réprocher la moindre chose.

Combien de tems êtiez-vous resté à Mayence le Dimanche, prémier vendémiaire dernier ou vous êtez arrivé selon votre propre aveu, de Cassel?
– Je sui arrivé ici vers midi ou je suis allé À la Mairie pour apprendre ou démeurait le comte Schaesberg: l’ayant appris je me suis rendu chez lui, lequel est allé avec moi chez Monsieur de Weichs, que nous n’avons pas trouvés, et de la je suis allé à l’Auberge aux trois courronnes, ou j’ai diné et à trois heures de rélevée je sui retourné en passant le pont À Cassel, ou j’ai trouvé une Société avec une femme pour aller à Francfort.

Qui est ce Comte Schaesberg qui vous avez cherché et trouvé en cette ville?
– Un ami de moi, nâtif du Pais de Juliers, dont la Mère et les deux sœurs démeurent actuellement à Cologne, duquel je fis la Connaissance à Düsseldorf et Cologne. Dans le prèmier endroit sons grand Père a été Chancélier.

Ou et en quelle présence avez-vous parlé ce Comte Schaesberg?
– Je lui ai parlé dans son logément à l’auberge, dont je ne me resouviens plus de l’Enseigne, et en présence de son Beaufrère Monsieur Wengen Tréfoncier.

Hormis ces maisons ci-mentionnées n’etiez-vous pas dans d’autres endroits pendant votre présence en cette ville?
– Non! Je n’étais pas d’autre part.

Etiez-vous déjà autres-fois à Mayence?
– Oui! J’étais ici comme Fondé de pouvoir de ma Tante Collin pour un procés, que l’avoué Sturz a plaidé, il y a à peu près trois ans, et aussi avant la guerre.

N’aviez-vous pas vu ce Dimanche le prémier vendémiaire dernier Leurs Majestés Impériales, ou n’êtiez-vous pas dans d’autres endroits pour les voir?
– Je ne fus dans aucun autre endroit que ceux ci-mentionnés.

Pourquoi êtez-vous démeurés deux jours à Mannheim, avant que d’aller chez votre Cousin à Fusgenheim?
– J’y suis resté pour voir la comoedie, et puis ce que je croyois que mon Cousin pourrait y vénir.

Quelle furent pendant vos sejours à Mannheim vos occupations?
– Je fus quellesques fois à la proménade et souvent au Café d’Achenbach.

Combien y a-il de Mannheim à Fusgenheim?
– Deux bonnes Lieues.

Y êtes-vous allés et rétournés à pieds?
– Oui!

Il parait très singulier, que vous n’êtes resté qu’une heure de tems près votre cousin et soyez rétourné se vite à Mannheim!
– La Lettre, qu’on a trouvé et saisie chez moi jointe aux pièces, ecrite de la propre main de mon cousin, prouve suffisament, que je n’avait d’autres affaires chez lui, que de chercher une Authorisation pour son Baillif concernant l’héritage du feu Baron de Hallberg Tréfoncier de Cologne et que même j’avais promis de me trouver au Cassino à Mannheim.

Dans quel Dessein avez vous porté le grand couteau trouvé sur vous lors de votre arrestation?
– Dans aucun dessein, je l’ai achété le prémier jour de mon arrivée à Mannheim en passant dans une boutique sur la foire pour quarante huit Kreuzers, ce qui me parait bon marché, et que même le marchand m’y a persuadé, ça se faisait en présence du Greffier de la ville nommé Leers.

À quel usage l’avez-vous achété?
– Je voulus l’apporter chez moi, puis ce qu’il était si bon marché.

Pour l’usage ordinaire ce couteau est trop grand, et il parait plus en forme d’un poignard, que d’un couteau, ainsi vous l’avez achêté dans quelque autre dessein?
– Je me refère à ma réponse précédente.

Vous avez laissé à Mannheim tout vôtre Equipâge même votre Sabre et prenniez pourtant ce couteau avec vous sur le bord du Rhin de ce côté-ci, d’ou il parait, que vous l’aviez pour quelque autre dessein?
– Je l’avais mis dans mes culottes, et j’avais oublié de le laisser avec les autres effêts, et je peux jurer, que je ne l’avais pour aucun dessein.

Il n’est pas raissemblable que vous aviez porté ce couteau trois jours sur vous sans en faire usage si vous l’avez achêté pour vous en servir à la maison?
– J’ai mis d’autres Culottes dans lesquelles il se trouvait.

N’etiez-vous pas avant cinq sémaines à Cologne?
– Non! Je restais toujours à ma Campagne de Menden excepté à la fin du Mois de Messidor de l’an douze ou j’etais à Broich chez ma Mère et Sœur.

Combien de tems restiez-vous pour lors à Cologne et dans quel auberge y logiez vous?
– J’ai logé à la Cour Impériale, et je ne sais au juste, si je m’y suis arrêté un jour ou une nuit.

Etiez-vous dépuis aussi à Aix-la chapelle?
– Non! Depuis quatre ans je ne fus plus à Aix-la Chapelle.

Lors de votre arrivée à Cologne n’aviez-vous pas avec vous une femme, que vous aviez cherché à Aix-la-Chapelle?
– Non! Je ne fus jamais marié, et je n’ai même aucunément meme des femmes avec moi.

Lors de la présence de Leurs Majestés Impériales à Bonn ne vous y etez-vous point rendu, puis ce qu’il n’est éloigné de vous qu’une Lieue et démie?
– Non! Je n’y fus pas lors de la présence de Leurs Majestés Impériales. Je prends pour témoins l’Ex Baron Max de Weichs fils du Grand véneur et le Commandant de la Place.

Les Jours avant leur arrivée ou après Leurs départ n’y êtiez-vous pas?
– Je vais quellesques fois à Bonn pour diner à la Cour Impériale, mais dans l’espace de leurs arrivée ou Départ je n’y étais point.

Vous ditez en réponse sur la question des motifs de votre dernier voyage, que vous y aviez voulu vous conecter avec le Banquier Mühlens sur l’Education de son fils, tandis qu’il n’est pas vraisemblable, qu’un Baron allémand, Chevalier d’un ordre, jouissant d’une révenu des deux mille florins, s’adonnérait à l’Education des enfants d’un Négociant, et il parait, qu’il y avait tout autre dessein sécret dans ce voyage!
– Monsieur Mühlens étant ancien ami de moi, ayant étudiés ensembles à Metz dans l’année mille sept cent quatre vingt cinq et comme j’aime ses enfants et les enfants en général, je lui avais dit, que je l’entreprendrais volontiers, puis ce que l’éducation des enfants a fait dans tout tems mon plaisir; comme ça j’ai donné longtems Léçon à mon frère cadet, et je ne l’ai pas offert à Monsieur Mühlens pour avoir du profit, mais pour mon propre plaisir et je peux jurer sur mon honneur que je n’ai pas eu d’autre intention ou motif de voyage, et si Monsieur Mühlens ne m’aurait pas envoyé l’argent, je n’aurais pas quitté la maison.

Lecture faite du présent Interrogatoire l’Interrogé a déclaré, qu’il persistait en ses réponses, qu’elles couténaient vérité et a signé avec Nous. Fait à Mayence le Jour, Mois, et An que dessus.

Signés Hallberg, Schaab avec parâphe.

Pour Copie conforme.

Le Magistrat de Sûreté pour L’arrondissement de Mayence

Schaab [Unterzeichnet]“

Titelbild aus Johanns Gistels “Leben des preußischen General’s Freiherrn Theodor von Hallberg-Broich, genannt “Eremit von Gauting”, Berlin 1863. (Bild: Von Ferdinand Freiherr von Lütgendorff-Leinburg (1785-1858) [Public domain], via Wikimedia).

Titelbild aus Johanns Gistels “Leben des preußischen General’s Freiherrn Theodor von Hallberg-Broich, genannt “Eremit von Gauting”, Berlin 1863. (Bild: Von Ferdinand Freiherr von Lütgendorff-Leinburg (1785-1858) [Public domain], via Wikimedia).

Zur Quelle

Abgemagert, blass, vernarbt und in einen braunen Mantel nach Art der Kalmücken gehüllt – die abenteuerliche Gestalt, die hier am 15. Vendémiaire des Jahres XIII (Sonntag, 7. Oktober 1804) um sieben Uhr abends dem magistrat de sûreté des Mainzer Arrondissements, Charles Antoine Schaab,  zum Verhör vorgeführt wird, scheint in einem jämmerlichen Zustand. Und doch handelt es sich um einen Adligen. Es ist der zu diesem Zeitpunkt 37jährige rheinische Baron Theodor von Hallberg-Broich.

Die Kopie des Befragungsprotokolls befindet sich mit unzähligen weiteren Dokumenten in der sous-série F7 Police der Pariser Archives nationales. Es handelt sich hierbei aus mehreren Gründen um einen interessanten Fund: Zum einen gibt die Quelle einen weiteren, ganz eigenen Einblick in das Verhältnis des rheinischen Adels zu Französischer Revolution und napoleonischem Regime, das auch in der Netzbiographie: Joseph zu Salm-Reifferscheit-Dyck sowie in meiner in Kürze bei Modern Academic Publishing erscheinenden Dissertation „An den Wurzeln der Tugend. Rheinischer Adel und Freimaurerei“ Gegenstand meiner Forschungen war (siehe hierzu auch „EsoHist – A blogged history of esotericism and secret societies“). Zwar bestätigte sich ein Gerücht um Hallbergs Zugehörigkeit zur Freimaurerei nicht, die Quelle bringt dennoch etwas mehr Licht ins „Dunkel der frühen Jahre“ des vermeintlichen Napoleonhassers.

Die eröffnende Beschreibung Hallbergs im Protokoll, führt uns nicht nur das recht abgehalfterte Äußere des Militärs vor Augen, sie gewährt uns auch einen Einblick in sein Reisegepäck. Neben einem großen Messer in einer polierten Scheide, einem Orden des Heiligen Michaels, einem Ring und einem Taschenmesser mit Feuerzeug, befanden sich hierin auch ein auf Hallberg durch den österreichischen Botschafter in München ausgestellter Reisepass sowie drei Briefe.

Die genaue Auflistung seiner Habseligkeiten und die präzise Beschreibung seines Äußeren waren dabei für die folgenden Tage der Befragung von größerer Bedeutung. Denn Hallberg war nicht zufällig durch die französische Gendarmerie aufgegriffen und inhaftiert worden. Vielmehr wurde der rheinische Baron verdächtigt, ein Attentat auf Napoleon geplant zu haben.

Diente der erste Tag des Verhörs noch der Aufnahme der Personalien Theodor von Hallberg-Broichs, befragte der magistrat de sûreté Antoine Schaab den Delinquenten am zweiten Tag bereits merklich schärfer.

So kann nach der Lektüre festgehalten werden, dass der „Franzosen- und Napoleonhasser“ Hallberg zunächst unter den Franzosen Maire der Ortschaft Hambach gewesen war und erst um das Jahr 1800 ins rechtsrheinische Menden emigrierte.

Die im ersten Beitrag der Blogserie angegebenen Verwandtschaftsverhältnisse können  durch die in diesem Zuge getroffenen Aussagen Hallbergs nachträglich bestätigt werden. Dabei gab Hallberg die bereits im Kindesalter verstorbenen Geschwister nicht in der Befragung an. Interessanter als dies sind sicherlich die folgendenen Aussagen – wobei die erwähnte Verwundung im Duell mit einem anderen Militär hier geflissentlich übergangen werden.

Die Familie Hallberg-Broich hatte laut der Aussage Hallbergs nicht sonderlich unter dem Einzug der Revolutionstruppen bzw. dem Ende des Ancien Régimes gelitten. Dies bestätigt auch das angegebene Auskommen Hallberg-Broichs. Er führte das Leben eines Rentiers und hatte jährlich 2000 Florins zur Verfügung – wenngleich er mit dieser Summe selbstverständlich nicht zur Gruppe der ‚Spitzenverdienern’ wie etwa Joseph zu Salm-Reifferscheidt-Dyck zählte.

Dass er auch ansonsten keine Probleme damit hatte sich den neuen Verhältnissen anzupassen und Kontakte über Standesgrenzen hinweg zu unterhalten, offenbart die Angabe für den Grund seiner Reise. Demnach wollte Hallberg mit einem befreundeten Frankfurter Bankier namens Mühlens, die Erziehung von dessen Kindern beraten. Auf dem Weg hierher habe er auch Abstecher zur Verwandtschaft nach Fusgönheim sowie nach Mannheim gemacht. Er bewegte sich neben seinen standesübergreifenden Kontakten also durchaus auch in eher klassich adeligen Netzwerken – wie seine Kontakte zu einem Grafen von Schaesberg und Maximilian von Weichs verdeutlichen.

Erst am drittem Tag der Befragung konfrontierte Schaab den Baron mit dem Verdacht des Hochverrats. Seine Verhaftung war also nicht – wie es spätere Biographen wiedergeben – vollkommen willkürlich, sondern gründete auf Aussagen von Zeugen. Demnach hatte Hallberg in einer Gaststätte in Oberwinter Schmähreden gegen den Kaiser Napoleon und die Kaiserin Josephine gehalten.

Konfrontiert mit dieser Anschuldigung litt der Baron unter einem fast klischeehaft anmutenden Gedächtnisverlust, was den Gegenstand der Gespräche bei seinem zurückliegenden Aufenthalt anbelangte.

Zwischen den Zeilen ist deutlich das Misstrauen Schaabs gegenüber Hallberg herauszulesen. In einer Zeit in der royalistische Verschwörungen gegen Napoleon geradezu an der Tagesordnung waren, musste auch der von Hallberg „zufällig“ im Reisegepäck vergessene Säbel stutzig machen. Auch hier lavierte sich der Baron nur mit Mühe aus der Bredouille.

Das hier wiedergegebene Befragungsprotokoll bildet jedoch nur einen Mosaikstein in der historischen Aufarbeitung eines durch Widersprüche aufgeladenen und aus heutiger Sicht kuriosen Kriminalfalls, dem ich in den folgenden Beiträgen auf dem Blog „Rheinischer Adel“ weiter nachgehen möchte.

Weiterführend

Braun, Martin Otto, An den Wurzeln der Tugend. Rheinischer Adel und Freimaurerei 1765–1815, im Druck.

Braun, Martin Otto, Schläwe, Elisabeth, Schönfuß, Florian (Hg.), Netzbiographie: Joseph zu Salm-Reifferscheidt-Dyck (1773-1861), in: historicum-estudies.net, URL: http://www.historicum-estudies.net/epublished/netzbiographie/ (Zugriff vom 06.04.2015).

Bülow, Werner, Der Eremit von Gauting – Theodor Freiherr von Hallberg-Broichs Leben, Ansichten und Reisen, Rosenheim 1991.

Egan-Krieger, Wolter von, Zwischen Weitsicht und Widersinn: Theodor Freiherr von Hallberg-Broich – Eine Lebensbeschreibung, Norderstedt 2007.

Gistel, Johannes, Leben des preußischen General’s Freiherrn von Hallberg-Broich, genannt Eremit von Gauting, Berlin 1863.

Göhring, Helge, Der tolle Hallberg auf Haus Attenbach – Legende und Wirklichkeit eines Sonderlings zur Zeit des Bergischen Landsturms, in: Heimatblätter des Rhein-Sieg-Kreises 59 (1991), S. 148–157.

Künßberg-Thurnau, Matthias von, Kriegsgeschichten, Reisen und Dichtungen. Aus den Papieren des Herrn Freiherrn von Hallberg-Broich (Eremit von Gauting), Landshut 1862.

Schröder, [Vorname unbekannt], Ein Napoleonhasser. Zur Erinnerung an Freiherren von Hallberg-Broich, in: Der Niederrhein – Monatsschrift für Heimatkunde und Heimatpflege 1 (1913), S. 126–213.

 


Das könnte Dich auch interessieren...

2 Antworten

  1. 06/04/2015

    […] dem Quellenblog „Napoleon auf der Spur – Quellenblog zur napoleonischen Ära in den deutschen Landen“ soll in […]

  2. 07/04/2015

    […] Er ist unter folgender URL abrufbar: http://naps.hypotheses.org/1074. […]

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.